Passer au contenu principal
Accueil
Présentation
ADAM NEWS
Publications
Activités
Expositions
Rechercher

Rencontres, Colloques...


Traditions anthropologiques en Méditerranée

Argumentaire

Le travail de réflexion mené lors du colloque international tenu à Aix-en-Provence du 14 au 17 mai 1997 sur L'anthropologie et la Méditerranée: unité, diversité et perspectives, et les recommandations de la table ronde euro-maghrébine, tenue à Tunis le 18 avril 1998, ont débouché sur la création d'un réseau d'anthropologues qui ont pour centre d'intérêt la Méditerranée. Celui-ci a pris la forme d'une association de droit français créée en juin 1998 à Aix-en-Provence: l'ADAM.

L'enthousiasme suscité par cette initiative a facilité la mise en forme d'un projet de rencontre à Casablanca en Mai 1999. Cette rencontre permettra d'approfondir la connaissance mutuelle et de dessiner les contours d'une collaboration future, de faire le point sur nos métiers respectifs à partir d'espaces traditionnellement périphériques aussi bien du point de vue géographique que de ceux de la discipline. Il s'agira de traduire à travers un débat entre anthropologues des deux rives les tensions qui agitent les nouvelles tendances de l'anthropologie qui a pris indirectement ou directement le pourtour méditerranéen comme domaine de recherche.

La Méditerranée s'impose comme une donnée géographique, mais aussi comme un référentiel qui habite notre imaginaire. Il y a cependant une autre représentation de la Méditerranée à encourager: celle d'un lieu de confrontation professionnelle et non polémique où l'altérité se construit au sein même des traditions nationales et des écoles de pensée. Un lieu où se prennent en charge de façon critique mais féconde les apports des différentes générations d'anthropologues qui ont travaillé dans cette région. Malgré les présupposés idéologiques et politiques qui l'ont souvent conditionné, le regard porté d'ailleurs a produit un savoir qui traverse le temps. Les voyageurs, d'abord, puis les conseillers politiques et enfin les chercheurs issus de la grande saison de l'anthropologie anglo-saxonne et française ont créé un corpus de textes dont la pertinence scientifique ne peut pas être ignorée par les anthropologues autochtones. Plus en général, une connaissance réciproque des travaux est un préalable indispensable à la consolidation d'une anthropologie méditerranéenne.

La Méditerranée peut être envisagée comme un espace d'échanges possibles, de comparaison d'objets, de terrains et de méthodes. Il s'agit de construire les conditions d'une parité dans la communication et de rendre possible un véritable regard croisé qui transcende les traditions anthropologiques nationales et introduise des projets de collaboration étroite qui facilitent aux uns et aux autres le détour par l'autre rive. II s'agit aussi de concevoir la Méditerranée comme un laboratoire pour expérimenter de nouvelles formes de discours anthropologiques où l'autochtone puisse réfléchir son autochtonie et porter son regard sur des objets singuliers dans une perspective universelle.

Par ses singularités historiques et géographiques, la Méditerranée constitue un terrain privilégié pour l'exercice d'un comparatisme à bonne distance dans la mesure où elle permet tout un jeu de miroir entre sujets et objets de la recherche anthropologique. C'est pour cette raison que l'ambition des journées d'étude de Casablanca est de saisir les croisements de regards venant du dehors et du dedans, en prenant en considération la structuration historique des savoirs anthropologiques ainsi que les réorientations épistémologiques opérées par le recentrage des disciplines.

Pendant la première journée ("Cheminements pluriels"), la réflexion sera animée par des exposés portant sur les itinéraires biographiques, professionnels et intellectuels d'un certain nombre d'anthropologues dont les œuvres ont marqué l'évolution récente de la connaissance des sociétés méditerranéennes. Ces exposés fourniront la matière d'un débat sur les problèmes méthodologiques et épistémologiques qui ont pesé sur le développement de ce champ de l'anthropologie. La deuxième journée ("Pratiques en partage") sera consacrée à un état des lieux des traditions anthropologiques dans les pays du pourtour méditerranéen. Plusieurs rapports dresseront un tableau des tendances actuelles de la pratique anthropologique et des orientations de la discipline dans différents pays riverains. Une journée de synthèse ("Le métier d'anthropologue") dégagera les conclusions et les perspectives de recherche (et notamment les projets thématiques de coopération).

 

Programme 

Jeudi 6 Mai 1999

Ouverture 9h 
Allocution du Recteur de l'Université Hassan II Aïn Chock 
Allocution du Directeur de la fondation du Roi Fahd Ben Abdulaziz 

Première journée: Cheminements pluriels 
  10h-13h 
Président de séance : Rahma Bourquia

  • Dionigi Albera, Anthropologies/Méditerranée: objets en question (rapport introductif)

  • Jack Goody, Détours: Afrique, Asie, Méditerranée

  • Anton Blok, Retours: d'un village sicilien aux archives hollandaises

Débat

15h-19h

Président de séance : Jean-Charles Depaule

  • Kenneth Brown, Ecritures: de l'anthropologie à la littérature

  • Nicolas Hopkins, Itinéraires autour de la Méditerranée

  • Pierre Bonte, Généalogies: parcours à travers les structures de parenté

- Débat

Vendredi 7 mai 1999

Deuxième journée: Pratiques en partage

9h-13h 
Président de séance:  Jean-Philippe Bras

  • Hassan Rachik, L'anthropologie au Maghreb

  • Christian Bromberger, Ethnologies de la France: terrains et théories

Débat

  • Joao Léal, L'anthropologie portugaise après 1974: de la construction de la nation au cosmopolitisme

  • Eloy Gomez Pellòn, Regards croisés d'anthropologues en Espagne

Débat

  
15h30-17h30

Président de séance:  Adelkader Zghal

  • Bojan Baskar, L'anthropologie slovène dans les golfes partagés de l'Adriatique du Nord

  • Lisa Anteby, Une identité refoulée: la méditerranéité en Israel.

- Débat

  En soirée: Cinéma ethnographique

Rencontre avec Sophie Ferchiou et Mohamed Mahdi

Samedi 8 Mai 1999

9h- 11h

Troisième journée: Le métier d'anthropologue (Table ronde)

Président de séance : Christian Bromberger

  • Martine Boiteux

  • Jocelyne Dakhlia

  • Abderrahmane Lakhssassi

  • Mohamed Mahdi

  • Maria Minicuci

  • Abderrahmane Moussaoui

  • Maria Angel Roque

  • Marie-Hélène Sauner - Nebioglu

  Pause

  • 11h30- 13h

  • Rapport de synthèse: Mohamed Kerrou et Mohamed Tozy

  • Débat conclusif

  15h-17h

Assemblée générale d'ADAM

 

Les Participants

  • Dionigi Albera (MMSH, Aix-en-Provence)

  • Lisa Anteby (Centre de recherche français de Jérusalem)

  • Bojan Baskar (Université de Ljubljana)

  • Pierre Bidart (Université de Pau)

  • Anton Blok (Université d'Amsterdam)

  • Martine Boiteux (EHESS, Paris)

  • Pierre Bonte (CNRS, Paris)

  • Rahma Bourquia (Université Mohamed V, Rabat)

  • Philippe Bras (IRMC, Tunis)

  • Christian Bromberger (Université d'Aix-en-Provence)

  • Kenneth Brown (MSH-Paris)

  • Fanny Colonna (MMSH, Aix-en-Provence)

  • Jocelyne Dakhlia (EHESS, Paris)

  • Jean-Charles Depaule (MMSH, Aix-en-Provence)

  • Sophie Ferchiou (Tunis)

  • Abdou Filali Ansari (Fondation du Roi Abdul Aziz, Casablanca)

  • Eloy Gomez Pellòn (Université de Santander)

  • Jack Goody (Université de Cambridge)

  • Abdellah Hammoudi (Université de Princeton)

  • Nicolas Hopkins (Université du Caire)

  • Mohamed Kerrou (IRMC, Tunis)

  • Abderrahmane Lakhssassi (Université de Rabat)

  • Joao Léal (Université de Lisbonne)

  • Mohamed Mahdi (ENA, Meknes)

  • Imed Melliti (CREDIF, Tunis)

  • Moncef M'Halla (Institut national du patrimoine, Tunis)

  • Maria Minicuci (Université de Rome)

  • Abderrahmane Moussaoui (Université d'Oran)

  • Hassan Rachik (Université de Casablanca)

  • Maria Angel Roque (Institut Catalan de la Méditerranée, Barcelone)

  • Marie-Hélène Sauner - Nebioglu (MMSH, Aix-en-Provence)

  • Mohamed Tozy (Université de Casablanca)

  • Irena Weber (Ljubljana)

  • Abdelkader Zghal (CERES, Tunis)

© Adam ~ 2009