Passer au contenu principal
Accueil
Présentation
ADAM NEWS
Publications
Activités
Expositions
Rechercher

Rencontres, Colloques...


Le religieux en Méditerranée. Théories et terrains anthropologiques
Séminaire organisé par :
Association d'anthropologie méditerranéenne (ADAM)
et l'Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC)

Argumentaire

La Méditerranée, berceau des trois monothéismes, semble constituer un cadre pertinent pour une approche comparative du religieux. Loin d'être homogène, elle est l'espace de la diversité et de la contiguïté. La Méditerranée est traversée par des frontières qui induisent des confrontations et des affrontements, qu’une vision simpliste, aujourd’hui à la mode, pourrait traduire en termes de choc des civilisations, synonyme de choc des religions. Un travail de fond est nécessaire pour aller au-delà des stéréotypes.

Les dernières décennies ont été secouées par les rebondissements souvent tragiques du religieux. Au miroir des sciences de l’homme, le religieux contemporain oscille entre les mouvements de type nouveau (" sectes "), messianique, fondamentaliste et intégriste, ainsi que des syncrétismes et des mutations du croire dans le cadre d’une modernité où la sécularisation n’exclut guère l’imbrication entre religion et politique. Toutes ces expériences méritent d’être étudiées et analysées en fonction des contextes historiques et des espaces.

Le renouvellement des approches dans l’anthropologie de l’Europe s’est accompagné d’un déplacement du regard de la religion vers le religieux. Refusant le découpage entre la religion et les autres domaines du social, plusieurs travaux ont apporté un éclairage nouveau. A travers le prisme du religieux ce regard a permis d’opérer des lectures innovantes de la parenté, des savoirs sur le corps et la nature, des régimes alimentaires, des conceptions de la personne, des représentations de la maladie. Ce changement d’optique se constate également dans certains travaux menés, de l’intérieur, sur la rive méridionale de la Méditerranée, où une anthropologie renouvelée de l’Islam est en œuvre. Le moment est donc propice pour développer un comparatisme méditerranéen à bonne distance. Désormais il s’agit de promouvoir une approche qui incorpore la dialectique entre similarités et différences, échanges et conflits qui a marqué jusqu’à nos jours les religions méditerranéennes.

En réunissant des spécialistes des trois monothéismes, le colloque de Tunis se propose de voir comment dans les différents domaines s’articulent les théories et les terrains. Comment le religieux a-t-il été étudié et peut-il s’étudier séparément ou conjointement, i.e comparativement, entre les religions ? Comment construire l’objet religieux en pensant les liens religieux et non religieux ?

Le moment est venu pour réorienter la focale sur les figures, objets, lieux et moments du religieux local. En quoi les réajustements récents à grande échelle ont-ils affecté la marche lente, à basse intensité, du religieux ? Quel contenu a désormais la sainteté et que devient le saint homme? Que signifient aujourd'hui encore le pèlerinage et ses modalités d'arpentage de l'espace? Quels sont les liens entre la topographie sacrée et les niveaux d’identification ? Quel est le rôle du religieux dans le maintien de l’identité et de la sociabilité locales ? Interroger ces topoï transversaux dans le cadre d'une Méditerranée laboratoire est doublement heuristique. Cela permet de lire comment se construit-on dans l'image de l'autre par des écarts qui dans le même temps demeurent sécants. Cela laisse aussi entrevoir les évolutions convergentes vers de nouvelles formes de religiosité où le bricolage individuel prend de plus en plus de place. Sans nier l'apport des approches globales, il s'agit d’appréhender, au ras du sol et à partir de terrains concrets, la complexité des compositions, décompositions et recompositions entre le religieux et ce qui rapidement est désigné par modernité.

Programme

1er novembre

  • 9h –9h30

Accueil des participants

  • 9h30-10h00

    Ouverture par J.-Ph. Bras, Directeur de l’IRMC

    Présentation par D. Albera, M. Kerrou, A. Moussaoui

    • 10h00-12h30

    Vues d’ensemble

    Jack Goody, Religion and the logic of writing. A reassessment 
    Hassan Rachik, Etudes comparatives du religieux
    Imed Melliti, Qu'est-ce que croire ? Intérêt du constructivisme dans l'étude du fait religieux

    • 14h30-18h30

    Perspectives comparatives

    Henk Driessen, Mediterranean local religion revisited
    P. Bonte, Le sacrifice Ibrahimien : perspectives comparées 
    Giordana Charuty, Le catholicisme méridional comme culture : état des lieux
    Abdelkader Zghal, Le religieux dans les sciences sociales du Maghreb

    2 novembre

    • 9h-12h30

    Limites et passages

    Dionigi Albera, A. Moussaoui, Formes de mixité cultuelle en Méditerranée
    Jocelyne Dakhlia, La conversion religieuse et le problème du syncrétisme.
    Gilles de Rapper, Entre multiconfessionalisme et religion populaire : les études sur le religieux en Albanie
    Mohamed Tozy, Les clercs ruraux traditionnels du Maroc à l’épreuve de la sécularisation
    Sophie Ferchiou, Le vécu religieux des femmes face aux changements

    • 14h30-17h

    Vivre le religieux

    Mohamed Kerrou, Qu'est-ce qu'une ville sainte ?
    Sylvia Chiffoleau, Les pèlerinages: creuset des espaces et des temps du monde arabe
    Thomas Hauschild, Beyond politics: Ecstatic experience, fetishism, and the compartmentalization of religion in the Mediterranean
    Isabelle Rivoal,  Le rôle de la hiérarchie religieuse dans l’inscription de la communauté druze en Israël
    Katia Boissevain, De la fluidité des affiliations religieuses par les circulations dévotionnelles. Les rituels de possession à Tunis aujourd'hui

    • 17h30-19h

    Réunion du réseau Adam

    Perspectives de collaboration dans les recherches sur le religieux en Méditerranée

    © Adam ~ 2009