Passer au contenu principal
Accueil
Présentation
ADAM NEWS
Publications
Activités
Expositions
Rechercher

Le pastoralisme : recherches, archives, images


Gens et métiers de Provence, un film de JEAN MASCAUX (1959)

Cinéaste, monteur et photographe, Jean Mascaux (né en 1927) est aussi l’auteur du film Provence secrète (1959), il a notamment illustré des ouvrages de Marie Mauron (Dictons d’Oc et proverbes de Provence, Ed. Robert Morel, 1965) et de Jean Giono (Provence perdue, Ed. Rotary Club de Manosque, 1968), de nombreux articles de la revue L’illustré protestant, ainsi que nombre de pochettes de disques pour les éditions Harmonia Mundi.

 

Tourné l’été 1959 par Jean Mascaux, assisté de sa femme Jacqueline Weiss (qui avait suivi les cours de l’anthropologue André Leroi-Gourhan à Paris), Gens et métiers de Provence est un extraordinaire document cinématographique sur la vie rurale en Provence à la fin des années 50.

Sur les 50’ du film, 22’ sont consacrées à la transhumance à pied. Les films sur la transhumance dans les Alpes sont relativement rares, surtout pour ces années-là. Le regard de Jean Mascaux sur la route à pied est remarquable, en ce sens qu’il tient à la fois de l’ethnologie et de la poésie. S’attachant à montrer les faits et gestes des hommes et des bêtes, s’attardant souvent sur la beauté des paysages provençaux, il nous propose de découvrir la lente montée des troupeaux qui, venant des plaines littorales du pays arlésien (Crau, Camargue), se rendaient dans les hautes montagnes de la Vallée de l’Ubaye (Alpes de Hte-Provence).

A la fin des années 50, nous sommes dans une période de transition, à la charnière entre la route à pied et la transhumance en camion telle que nous la connaissons aujourd’hui. Le film nous montre d’ailleurs un de ces premiers camions transhumants qui double un troupeau qui fait encore la route à pied.

Le son a été enregistré lors du tournage, mais aussi chez Mestre Simon, le fameux sonnailler, en son atelier de Clochelinette, à Carpentras. Cet enregistrement constitue un précieux document sonore sur la musique des transhumances dans les années 50, époque à laquelle l’ensonnaillage des troupeaux était un motif de fierté et l’un des grands savoir-faire des bergers.

Le commentaire est de l’écrivain Jules Mougin qui était alors le facteur du village du Revest-des-Brousses (04).

© Adam ~ 2009